SESâme

  • Fiches Méthodes

    Des fiches méthodes pour une préparation progressive au baccalauréat

  • Entretiens

    Des entretiens avec des chercheurs pour être au plus près de l'actualité des débats du programme

  • Revue de presse

    Une revue de presse hebdomadaire pour suivre l'actualité du programme SESâme

  • Lexique

    Un lexique pour une meilleure maîtrise du vocabulaire des sciences sociales

  • Lectures

    Des conseils de lectures adaptés aux lycéens pour aller plus loin

  • Filmographie

    Des films de fiction ou documentaires pour un autre regard sur le programme

Identification

S'abonner à la Newsletter

Activité 1 - La construction des marchés : ordre naturel ou ordre social ?

Objectifs :
- définir le marché
- discuter le caractère naturel ou socialement construit du marché

 Exercice 1 : qu’est-ce qu’un marché ?

1. Comparer : Quels sont les points communs et les différences entre les 6 photos ci-dessus ?
2. Constater : Quel(s) « produit(s) » sont proposés ?
3. Analyser :  Qui sont les individus qui fréquentent ces lieux et quelles sont leurs motivations ?
4. Expliquer :  A quelle condition peuvent-ils revenir satisfaits de leur « déplacement » ?
5. Synthétiser : A partir des caractéristiques communes à ces différents marchés, quelle définition générale du marché pouvez-vous proposer ?

 

Document 1 : Et si marché rimait avec société ?

- Quand tu achètes une baguette chez ta boulangère, me demande un ami économiste, pourquoi te la vend-elle ?
- C’est son métier…
- C’est surtout son intérêt. Elle préfère avoir 4,20 francs plutôt qu’une baguette…
- C’est normal : la baguette lui a coûté beaucoup moins cher.
- Exactement. Et pourquoi est-ce que tu lui achètes sa baguette ?
- Parce que j’ai besoin de pain…
- Sans doute. Mais tu pourrais faire ton pain toi-même. La vraie raison c’est que tu préfères avoir une baguette plutôt que 4,20 francs.
- Bien sûr ! La baguette, si je devais la fabriquer moi-même, me reviendrait, temps de travail compris, beaucoup plus cher…
- Tu commences à comprendre ce que c’est que le marché. Elle vend son pain par intérêt, tu l’achètes par intérêt, et chacun y trouve son compte. C’est le triomphe de l’égoïsme…
- C’est surtout le triomphe de l’intelligence ! Faire son pain, passe encore. Mais qui pourrait se fabriquer une voiture ou une machine à laver ? […]
- Je reviens à ta boulangère. Tu pourrais aller chez un de ses concurrents. Pourquoi vas-tu chez elle ?
- Parce que son pain est meilleur.
- Elle a donc intérêt à faire le meilleur pain possible. Mais l’achèterais-tu à n’importe quel prix ?
- Sans doute pas.
- Pour te garder comme client, elle a intérêt, dans une économie concurrentielle, à t’offrir le meilleur rapport qualité-prix possible. C’est aussi ce que tu souhaites. Vos intérêts ne sont pas seulement complémentaires, ils sont convergents ! […]
- Chacun de vous deux n’agit que par égoïsme, mais cela, loin de vous opposer, vous rapproche.[…] Mais que le pain soit moins bon ou plus cher qu’à la boulangerie voisine, ou que tu ne puisses plus payer, c’en est terminé de votre relation : tu ne lui dois rien, ni elle à toi, qu’autant que vous y trouvez l’un et l’autre votre compte. (...). Chacun est utile à l’autre, sans qu’on ait besoin de le forcer. Tous ne cherchent que leur propre intérêt, mais ne peuvent le trouver qu’ensemble. […]

André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, PUF, 2001, p.355-358

1. Expliquer : Comment les intérêts de la boulangère finissent par rencontrer ceux du client ?
2. Justifier : Justifiez le titre du document.

Document 2 : spécialisation et gains à l'échange

Supposons deux ouvriers sachant l’un et l’autre faire des souliers et des chapeaux : l’un d‘eux peut exceller dans les deux métiers ; mais en faisant des chapeaux il ne l’emporte sur son rival que d’un cinquième, ou de 20 pour cent, tandis qu’en travaillant à des souliers, il a sur lui un avantage d’un tiers, ou de 33 pour cent. Ne serait-il pas de l’intérêt de tous les deux que l’ouvrier le plus habile se livrât exclusivement à l’état de cordonnier, et le moins adroit à celui de chapelier ?

Source originale: David Ricardo : « Des principes de l’économie politique et de l’impôt » (1817)
Source numérique: Les Classiques des sciences sociales

On supposera dans la suite des questions que le temps de travail nécessaire aux ouvriers pour produire les chapeaux et les paires de souliers est le suivant :

 

Ouvrier le plus habile

Ouvrier le moins adroit

Temps de fabrication d’un chapeau

12H00

15H00

Temps de fabrication d’une paire de souliers

1H00

1H30

1. Calculer - Supposons que l’ouvrier le plus habile se spécialise dans la production de souliers, et l’ouvrier le moins adroit dans la production de chapeaux. Complétez le tableau suivant :

Pour chaque chapeau supplémentaire que produit l’ouvrier le moins adroit, combien de paires de souliers doit-il renoncer à produire ?

 

Pour chaque chapeau que l’ouvrier le plus habile a renoncé à produire, combien de paires de souliers supplémentaires produit-il ?

 

2. Justifier - Du point de vue de l’économie dans son ensemble, est-il avantageux que l’ouvrier le plus habile se spécialise dans la production de souliers, et l’ouvrier le moins adroit dans la production de chapeaux ?
3. Calculer - Si le prix d’un chapeau est de 110€ et celui d’une paire de souliers de 10€, calculez le gain (ou la perte) net(te) réalisé(e)
- par l’ouvrier le moins adroit pour chaque chapeau supplémentaire qu’il produit
- par l’ouvrier le plus habile pour chaque chapeau qu’il renonce à produire
4. Discuter: Chaque ouvrier a-t-il donc intérêt à se spécialiser ?
5. Expliquer : Comment expliquer que l’ouvrier le plus habile délaisse la production de chapeaux, alors qu’il est plus efficace dans cette production que l’ouvrier le moins adroit ?
6. Expliquer : En quoi la situation étudiée peut-elle expliquer le développement des échanges marchands ?


Document 3 :

La SACEM1 est née à la suite d'un incident survenu au café-concert Les Ambassadeurs en mars 1847. Ernest Bourget, Paul Henrion et Victor Parizot, compositeurs et auteurs connus, refusèrent de payer leurs consommations, estimant qu'ils ne devaient rien puisque le propriétaire de l'établissement utilisait leurs œuvres sans les rétribuer en retour. Les trois musiciens gagnèrent un procès, qui provoqua, en 1850, la naissance d'un syndicat des auteurs regroupant 221 adhérents. L'année suivante, il prend son nom définitif de SACEM.

La société se développe alors sur l'ensemble du territoire français (181 agences en 1858). Avec l'apparition du phonographe, puis de la radiodiffusion et du cinéma, la SACEM étend son activité (droits d'auteur) à de nouveaux média. Ce sera plus tard le disque microsillon, la télévision, la FM, le CD, internet...

(...) La SACEM est la seule société de gestion collective de droit d'auteur musical en France. Il ne s'agit cependant pas d'un monopole légal (contrairement à certaines de ses homologues étrangères). Au début des années 2000, la Sacem gérait les droits de plus de 100 000 auteurs, compositeurs et éditeurs. Elle perçoit chaque année environ 600 millions d'euros de redevances. La société est en mesure de redistribuer environ 80% des sommes collectées.

1 Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique

http://www.univers-musique.com/Licences-droits-d-auteurs/367-SACEM-Site-officiel-de-la-SACEM.htm

1. Justifier : Pourquoi est née la SACEM ?
2. Expliquer – A l'aide d'un schéma, expliquez son fonctionnement.
3. Expliquer : Expliquez pourquoi les droits de propriété sont indispensables à l'échange marchand.

 

Retour au sommaire du chapitre

Share

Films pour les SES

Une liste de films utilisables dans le cadre des différents chapitres.

Consultez...

Livres pour les SES

livre-nbLivres accessibles aux élèves pour approfondir le programme.

Consultez...

Tous les TD (utilisables aussi en AP)

oeilTous les TD de SESâme en un clin d'oeil. Consultez...

Les évaluations

logo-eval-mesure-nbToutes les évaluations de SESâme en un clin d'oeil. Consultez...