SESâme

  • Fiches Méthodes

    Des fiches méthodes pour une préparation progressive au baccalauréat

  • Entretiens

    Des entretiens avec des chercheurs pour être au plus près de l'actualité des débats du programme

  • Revue de presse

    Une revue de presse hebdomadaire pour suivre l'actualité du programme SESâme

  • Lexique

    Un lexique pour une meilleure maîtrise du vocabulaire des sciences sociales

  • Lectures

    Des conseils de lectures adaptés aux lycéens pour aller plus loin

  • Filmographie

    Des films de fiction ou documentaires pour un autre regard sur le programme

Identification

S'abonner à la Newsletter

Activité 2 : Que faire face à la récession ?

 

Objectifs :
- Comprendre les fondements et mécanismes d’une politique de relance budgétaire
- connaître la notion de multiplicateur keynésien

 

Doc 1 : Poids dans le PIB des recettes et dépenses publiques, en 2008, en % du PIB

 

Ensemble des Administrations publiques

Etat et Autres administrations centrales

Administrations publiques locales

Administrations de Sécurité sociale

Recettes

49.3

20.5

10.9

24.2

Dont prélèvements obligatoires

42.5

14.6

5.8

22.2

   dont impôt sur le revenu

3.0

3.0

0

0

   dont impôt sur les sociétés

2.5

2.5

0

0

   dont cotisations sociales

20.1

0

0

20.1

   dont TVA

7.0

7.0

0

0

   dont CSG

4.3

nd

nd

nd

Dont recettes hors prélèvements obligatoires

6.7

nd

nd

nd

Dépenses

52.7

23.4

11.3

24.2

 Dont prestations sociales

23.5

3.9

1.0

18.6

 Dont intérêts (service de la dette)

2.8

2.5

0.3

0.1

 Dont Education

5.8

nd

nd

nd

 Dont Défense, ordre et sûreté

3.0

nd

nd

nd

nd = non disponible

Source : SESâme, d’après la Direction Générale du Trésor et de la politique économique (2009), et Les comptes des administrations publiques en 2008, INSEE

1. Lire. Faites une phrase présentant l’information apportée par la donnée soulignée.
2. Calculer. Exprimez le solde budgétaire des administrations publiques pour l’année 2008 ?
3. Définir. Quel autre terme peut-on utiliser pour qualifier ce solde ?
4. Lire. Quel est l’impôt apportant le plus de recettes à l’Etat ?
5. Expliquer. Pourquoi les administrations publiques doivent-elles payer des intérêts?

 

Document 2 – Les dépenses publiques prises dans le circuit économique

L'idée que l'Etat peut stimuler l'activité économique en jouant sur la demande est ancienne. Les politiques de grands travaux ont par exemple été très utilisées lors de la crise de 1929, notamment aux Etats-Unis avec la Tennessee Valley Authority de Roosevelt. En effet, en commandant des travaux à des entreprises désoeuvrées, l'Etat injecte du pouvoir d'achat dans l'économie et les entreprises sont amenées à recruter des salariés qui, à leur tour, dépenseront plus. […] Cette demande supplémentaire des pouvoirs publics a donc un effet puissant sur la production, grâce au mécanisme du multiplicateur : les dépenses publiques engendrent des revenus pour les entreprises ou les ménages qui sont en grande partie dépensés; ces dépenses entraînent une nouvelle production, d'où une nouvelle distribution de revenus. […]

Cet enchaînement dépenses-production-revenus n'est évidemment pas sans limites. D'abord, tous les revenus nouveaux ne sont pas dépensés, ce qui fait que l'impact des dépenses publiques s'affaiblit peu à peu. La question cruciale est donc de savoir ce que vaut la propension marginale à consommer, c'est-à-dire quelle part d'un revenu supplémentaire les ménages vont dépenser.

A. Parienty, « A quoi sert la politique budgétaire ? », Alternatives Economiques Poche n°46, 2010

1. Résumer - Avec les cinq mots suivants, remplissez à partir du texte le schéma ci-dessous résumant l’effet multiplicateur : « dépenses publiques », « consommation et investissement », « épargne », « revenus », « production ».

2. Expliquer - En vous aidant de l’exemple du texte et du schéma, expliquer économiquement ce qu'est l'effet multiplicateur.


Doc 3  : Les effets de la dépense publique sur le PIB

http://ecomultimedia.free.fr/multiplicateur/multipli.html : régler la propension à épargner à 0,2 et la dépense publique à 100 000 €.

1. Définir - Qu’appelle-t-on « propension marginale à consommer » ?
2. Décrire - Quelle est la variation du PIB engendrée par une dépense publique initiale de 100.000 € ?
3. Justifier -  À partir de vos observations, justifiez l’expression de « multiplicateur » utilisée par les économistes pour parler de ce mécanisme.
4. Expliquer - Quel est l'impact de la propension marginale à épargner sur l'effet multiplicateur.

Doc 4 - La relance Obama suffira-t-elle?

Compte tenu du ralentissement de l'activité, donc des recettes fiscales, et de l'augmentation des dépenses liées à la montée du chômage et de la pauvreté, auxquelles s'ajoutent le coût du sauvetage du système financier, le déficit budgétaire américain passerait, selon les prévisions du CBO1, de 455 milliards de dollars en 2008 à environ 1 200 milliards en 2009. Soit un bond de 3,2% à 8,3% du PIB, battant largement les records précédents. Et pourtant, l'effet d'entraînement de la croissance d'un tel déficit ne permettrait que de limiter l'ampleur de la récession, pas de l'éviter. Le taux de chômage resterait compris entre 8% et 9%.

C'est pourquoi Obama et son équipe sont venus vendre aux parlementaires dès le début janvier la nécessité d'un nouveau plan de relance, de 825 milliards de dollars étalés sur deux ans et qui s'ajouterait au déficit prévu pour l'emmener vers 11% du PIB. (…) Du côté des dépenses, un effort massif d'investissements publics serait réalisé en matière de réhabilitation et de développement des infrastructures publiques, ainsi que d'investissements verts. De même, le plan prévoit une aide aux Etats pour compenser la baisse des recettes fiscales qui les contraint à diminuer leurs dépenses, ce qui ajoute au ralentissement d'activité.

Du côté des impôts, le plan Obama prévoit une baisse de l'imposition des classes moyennes de 500 dollars par salarié et de 1 000 dollars par couple pour ceux gagnant moins de 200 000 dollars (150 000 euros), une aide aux foyers les plus défavorisés et une importante aide fiscale aux entreprises. (…)

Selon les estimations du CBO, l'économie américaine va produire en 2009 et 2010 à 6,8% en dessous de son potentiel. Avec un PIB de l'ordre de 15 000 milliards de dollars, cela veut dire qu'il va manquer en gros 1 000 milliards par an, soit 2 000 milliards de création de richesse pour 2009-2010. Barack Obama propose de dépenser 825 milliards: la partie qui sera dépensée pour les investissements publics va permettre de créer des emplois et de distribuer des salaires qui vont soutenir la consommation et la croissance. Un effet multiplicateur, comme disent les économistes, mais qui ne porte que sur une partie du plan. Un petit calcul rapide permet alors à l'économiste américain Paul Krugman de montrer que le plan de relance ne va combler qu'environ la moitié du potentiel de croissance perdu.

La relance Obama suffira-t-elle?, Christian Chavagneux, Alternatives Economiques n° 277 - février 2009

1. CBO = Bureau du budget du Congrès

1. Synthétiser – Réalisez un schéma expliquant comment la crise entraîne automatiquement une augmentation des déficits publics.
2. Synthétiser – En quoi consiste le plan de relance proposé par B. Obama ?
3. Expliquer – En vous appuyant sur le document 2, expliquez le passage souligné.

Share

Films pour les SES

Une liste de films utilisables dans le cadre des différents chapitres.

Consultez...

Livres pour les SES

livre-nbLivres accessibles aux élèves pour approfondir le programme.

Consultez...

Tous les TD (utilisables aussi en AP)

oeilTous les TD de SESâme en un clin d'oeil. Consultez...

Les évaluations

logo-eval-mesure-nbToutes les évaluations de SESâme en un clin d'oeil. Consultez...