Fiche méthode - partie 3 Epreuve composée : raisonnement appuyé sur un dossier documentaire

Catégorie parente: Fiches-méthodes
Catégorie : Vers le Bac
Mis à jour le vendredi 10 janvier 2014 13:10
Publié le vendredi 13 décembre 2013 21:13

Pas d'indications officielles de longueur mais de l’ordre de 3 pages

Sur 10 points, y consacrer 2h à 2h30 sur les 4h de l'épreuve.
"Dissertation light" : light par sa taille et light par de moindres exigences formelles (voir le comparatif Dissertation / EC3)

Pour la partie 3 (Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet :
- en développant un raisonnement ; 
- en exploitant les documents du dossier ;
- en faisant appel à ses connaissances personnelles ;
- en composant une introduction, un développement, une conclusion.

II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Le libellé du sujet invite le candidat à développer un raisonnement, à rassembler et mettre en ordre des informations pertinentes issues du dossier documentaire et de ses connaissances personnelles. Le dossier documentaire mis à la disposition du candidat ne doit ni borner son horizon (en le détournant du recours à ses propres connaissances), ni lui servir de prétexte à une paraphrase ou à un commentaire systématique et détaillé. Il comporte 2 ou 3 documents de nature différente (textes, graphiques, tableaux statistiques, schémas, etc). [...] Le sujet de la troisième partie porte sur un contenu figurant explicitement dans les indications complémentaires du programme et son énoncé utilise les notions des titres des thèmes et des deux premières colonnes du programme, ainsi que celles des acquis de première figurant en troisième colonne de ce même programme de terminale. Le libellé du sujet ne suggère ni plan-type ni réponse sous forme de débat ou d’opposition. Le dossier doit fournir au candidat des informations, factuelles ou non, pertinentes pour étayer son raisonnement. Comme dans le dossier accompagnant la dissertation, on privilégiera, dans la mesure du possible, les sources statistiques en provenance des organismes de collecte et de traitement des données reconnus (Insee, Ined, OCDE, OMC, FMI, etc.). Les notions des documents ne figurant pas dans les titres des thèmes et dans les deux premières colonnes du programme (ainsi que dans les acquis de première figurant en troisième colonne) devront être explicitées par une note.»

 

 

Pour réussir l’EC3…

Je dois…

Je ne dois pas…

- Faire une intro qui explicite/présente le sujet, définit les notions clés du sujet et annonce la démarche de la réponse (accroche et annonce de la problématique sont facultatives)

- Procéder en 2 ou 3 parties avec au moins 2 § dans chaque

- ou 5, 6, 7… § ordonnés

- Rendre mes § visibles (alinéa, retour à la ligne)

- Utiliser la méthode §AEI

- Conclure en 2 parties : réponse explicite à la question avec bilan du raisonnement mené (les grandes étapes) (ouverture facultative)

- Rédiger mes titres apparents si ça m’aide

- Rédiger des transitions si ça m’aide

- Oublier d’utiliser le cours

- Oublier d’utiliser les documents (« citations » des textes, données chiffrées des documents statistiques)

- Me contenter de paraphraser ou résumer les 2 ou 3 documents

 

Grille indicative de correction

 

Compétence

Non

Plutôt non

Plutôt oui

Oui

Barème

Commentaire

Introduire

/ 0,5

Respecter le sujet

/ 1,75

Mettre en œuvre des séquences argumentatives pour répondre au sujet

 

/ 2

Mobiliser des connaissances en plus des notions du sujet pour répondre au sujet

/ 2,5

Mobiliser des données statistiques pour répondre au sujet

/ 1 ou 2

Mobiliser des informations issues des textes et schémas pour répondre au sujet

/ 1 ou 2

Conclure

/ 0,25

Total

/ 10

 

Exercice

 

Consignes :
- Chaque groupe de 2 à 4 élèves rédige l’introduction et la conclusion.
-‚ Chaque groupe rédige au moins 2 § de son choix parmi ceux proposés dans le plan ci-dessous en appliquant la méthode AEI : tout § doit débuter par une Affirmation qui doit ensuite être Explicitée (en détaillant une description ou un mécanisme) et Illustrée (par un exemple au moins).

 

Sujet : L’endettement public est-il souhaitable ?

 

I) L’endettement public est nécessaire…

 

§1 - A : L’endettement public est nécessaire aux pays pour se développer.

§2 - A : L’endettement public permet de relancer la conjoncture lors des récessions.

 

II) … mais il peut s’avérer pénalisant

 

§3 - A : Un effet boule de neige peut survenir lorsque le taux d’intérêt dépasse le taux de croissance du PIB.

§4 - A : Les intérêts de la dette peuvent pénaliser le budget de l’Etat

 

Document 1 : La dette publique en % du PIB

 

2007

2010

%2007/2010

2012

%2010/2012

Allemagne

64,8

76,9

+18,7%

81,9

+6,5%

Belgique

84,2

98,4

+16,9%

99,6

+1,2%

Espagne

36,1

62,9

+74,2%

84,2

+33,9%

Finlande

35,2

49,5

+40,6%

53,0

+7,1%

France

63,8

83,2

+30,4%

90,2

+8,4%

Grèce

96,1

125,9

+31,0%

156,9

+24,6%

Irlande

25,0

97,4

+289,6%

117,6

+17,6%

Italie

103,6

119,5

+15,3%

127,0

+6,3%

Portugal

62,7

82,7

+31,9%

123,6

+49,5%

Zone euro

65,9

84,3

+27,9%

92,7

+10,0%

Royaume-Uni

47,2

81,3

+72,2%

90,0

+10,7%

États-Unis

62,0

92,8

+49,7%

107,6

+15,9%

Japon

167,1

198,4

+18,7%

237,5

+19,7%

 

Source : BCE

 

Document 2 : Taux de croissance du PIB de 2007 à 2013*

doc2-ec3

Source : Alternatives Economiques, hors-série n°98, octobre 2013, page 92.

*Prévisions

La crise éclate en septembre 2008, c’est là que des plans de relance sont mis en place

L’accident de Fukushima a eu lieu en 2011 au Japon

 

Document 3 : "La dette publique permet de fabriquer de la croissance"

Interview. Propos recueillis par Emilie Lévêque - publié le 12/05/2009

[…] Dans votre livre, vous dénoncez l'argument de l'héritage de la dette, de son transfert d'une génération à l'autre. Si l'on crée de la dette publique aujourd'hui, ce ne sont donc pas nos enfants qui devront payer ?

Non, la dette publique n'est pas un fardeau générationnel : chaque bébé ne naît pas avec une dette de 18.700 euros sur la tête, comme l'affirme le rapport Pébereau [rapport sur la dette publique de 2005, rédigé par Michel Pébereau, le président de BNP Paribas, ndlr], mais au contraire avec un héritage net de 11.000 euros, si l'on tient compte du patrimoine public. La dette sert à financer des infrastructures, des écoles, des hôpitaux etc., dont bénéficieront les générations futures. […]

Source : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-dette-publique-permet-de-fabriquer-de-la-croissance_181116.html